Accueil Actualités Qu’est-ce que la gériatrie ?

Qu’est-ce que la gériatrie ?

Qu’est-ce que la gériatrie ? Réponse d’un gériatre La gériatrie vient du Géron grec, ce qui signifie le vieil homme.

Il se réfère à la médecine des personnes âgées et est consacré aux maladies causées par le vieillissement. Les objectifs de cette spécialité médicale, dans laquelle les soins du patient sont complets, sont de maintenir ou, si nécessaire, de restaurer l’autonomie fonctionnelle des personnes âgées.

A découvrir également : Comment obtenir des conseils médicaux ?

Malheureusement, malgré leur intérêt évident, la population gériatrique croît beaucoup plus lentement que la population âgée. De plus, la plupart des gériatriques pratiquent actuellement l’EHPAD.

Lire également : Qu'est-ce qu'une assurance complémentaire santé ?

Plan de l'article

Pourquoi la gériatrie donne-t-elle si peu de professions ?

Quels sont les freins ?

Qu’ est-ce qu’un gériatre peut apporter à une personne âgée ?

Nous avons toutes ces questions et bien d’autres à la Dre Nicole Jacquin-Mourain, Gériatristle à la retraite, ancienne présidente de la Gériatrie libérale Association et fondateur d’Anggel’dom, une plateforme de soutien à domicile.

Bonjour Docteur Jacquin-Mourain, pouvez-vous nous parler de votre voyage en tant que gériatre ?


Dr Jacquin-Mourain : J’ai obtenu mon diplôme d’études médicales en 1979 et je suis allé à une gériatrie, et j’ai aimé ça. J’ai été praticien de l’hôpital pendant 25 ans jusqu’à ce que je me souvienne du problème. Rien ne s’est passé. D’abord, nous avions 105 lits sur trois étages et quand j’ai arrêté, nous avions une infirmière dans l’après-midi pour les trois étages. C’est plus la garderie que la médecine. En tout cas, ce n’est pas le médicament pour les personnes âgées, comme je l’imaginais . De plus, chaque projet que j’ai mis en place pour faire arriver les choses a pris un à deux ans pour faire une réaction négative. J’ai demandé une UD dédiée aux praticiens hospitaliers, appelée EPAM. C’est une UD en partenariat avec l’Ecole des Mines de Paris. Ils ne voulaient pas me payer parce que c’était inutile à l’hôpital. J’ai payé cette formation et j’ai donné ma démission.

Puis j’ai pris soin de maisons de retraite privées et publiques et je ne pouvais pas le supporter.

Mon éthique a contredit le fonctionnement de ces institutions. J’ai donc déménagé en tant que gériatre libéral, et maintenant c’était génial. J’ ai rapidement eu un patient important parce que les gens sont heureux quand nous prenons soin d’eux, les écoutons et les visitons à la maison . L’autre côté de la médaille est que je travaillais plus de douze heures par jour avec 70% des visites à domicile à la fin. J’ai atterri pas garder la distance : une consultation gériatrique n’est pas « cinq minutes prendre la tension pas décollé ». Nous devons écouter la famille, les soignants, le patient. Vous devez le regarder, puis écrire la mission et expliquer tout ce que nous faisons. Il est donc des consultations d’au moins une heure au bureau et beaucoup plus à la maison, si vous comptez le temps de déplacement et le stationnement, ce qui devient de plus en plus difficile à Paris. Quand j’ai pris ma retraite, j’ai continué une réflexion que nous avions commencée au sein de l’Association Nationale des Gériatres et Gérontologues (ANGGEL), dont j’étais président. Nous avions beaucoup réfléchi à la question de l’entretien de la maison. Il était clair qu’il y avait un problème. Les gens ne veulent pas aller à EHPAD et ils ont raison. Moi, qui ai travaillé dessus, je ne peux pas lui faire le faire. Mais il n’y a pas toujours une famille à adopter, et si la famille n’est pas présente, vous ne pouvez pas faire grand que, bien que certains soignants professionnels soient vraiment bons, il y a un coût considérable à rester à la maison. Autrement dit, le coût sera toujours inférieur à l’entrée à un EHPAD parisien avec un coût mensuel de plus de 4000 euros.

Avez-vous eu le Vous sentez que les jeunes médecins s’intéressent à la gériatrie aujourd’hui ?

La gériatrie existe en France depuis 2004 grâce à l’Europe et à la vague de chaleur de 2003. Sauf que nous n’avons pas encore de nomenclature. Nous avons une spécialité, spécialité 34, mais pas de nomenclature codifiée. Ce qui est très pervers. Pourquoi nous n’en avons pas, parce que GPS voit l’arrivée d’une nouvelle spécialité avec un très mauvais œil, ce qui est stupide parce que nos consultations sont beaucoup plus longues. Il n’est pas compatible avec la médecine gériatrique. La pédiatrie qu’ils n’aimaient pas et la gériatrie qu’ils ne voulaient pas et les professeurs de gériatrie veulent garder les patients gériatriques à l’hôpital. Mais il y a de jeunes médecins qui veulent s’installer comme gériatre. Quand j’étais président DangGel, j’ai reçu plusieurs candidatures par semaine, mais comme il n’y a pas de nomenclature à moins que j’aie un autre emploi dans un hôpital ou une maison de soins infirmiers, ils peuvent ne vivent pas dessus. Je leur dis à contrecœur non. Je n’ai pas pu obtenir de nomenclature.

Pensez-vous que la gériatrie mérite une meilleure exposition ?

Oui, cette spécialité devrait être mieux reconnue et pratiquée libéralement, avec la neurologie ou la psychiatrie. Il serait nécessaire de disposer d’une nomenclature adaptée comportant des actions longues et longues.

Quels sont les obstacles au développement de la gériatrie libérale ?

La chose la plus importante est l’absence de nomenclature, car elle ne permet pas à un gériatre libéral de gagner assez d’argent pour vivre de sa pratique. Les horaires sont également compliqués, il y a beaucoup d’interventions d’urgence. Le besoin de plus de visites est également un obstacle, car la visite prend beaucoup plus de temps, y compris les temps de trajet et les problèmes de stationnement dans la ville. Après tout, la gériatrie est une profession hautement féminisée qui ne fait pas face aux contraintes des femmes, en particulier les enfants, est compatible.

A partir de quel âge une personne âgée devrait-elle consulter un gériatre ?

Bonne question. Quel âge avons-nous ? Un adolescent vous dirait à 35 ans, y compris Balzac. L’OMS dit 65 ans et la sécurité sociale dit 75 ans. Normalement, les patients gériatriques ne doivent prendre en charge que les personnes âgées de plus de 75 ans. Nous pressons toute la partie préventive, ce qui est fondamental. Quand j’étais en affaires, j’ai pris des gens de 60 ans. Pour l’instant, ils ne m’ont jamais dérangé. Il y a des gens qui étaient prêts à payer plus pour voir un gériatre. Théoriquement, vous devez passer par votre médecin traitant. Les gens sont venus droit et nous ont demandé d’être leur médecin traitant. Je n’ai aucun problème avec cela, parce que les quelques médecins qu’ils m’ont envoyés étaient simplement des clients ingérables que nous ne pouvions pas garder à la maison si nous ne les assommons pas avec des sédatifs. Il y a des gens qui n’ont pas La gériatrie, s’ils le doivent, parce qu’ils pensent qu’ils sont trop jeunes. Il y a un intérêt à choisir un gériatre comme médecin traitant, car il est conscient des problèmes spécifiques aux personnes âgées, comme l’iatrogénie.

Pourquoi expliquez-vous ce qu’est l’iatrogénie et pourquoi nous devons être plus vigilants auprès des personnes âgées ?

Souvent, les aînés voient différents médecins qui ne se connaissent pas et ne savent pas s’il y a d’autres recettes. Les personnes âgées ne sont pas nécessairement envoyées par leur médecin traitant. Ils vont au Gastro, Cardio, Rhumato et tout le monde fait une recette de 3 ou 4 produits qui ne sont pas tous compatibles les uns avec les autres. La combinaison de médicaments incompatibles provoque des réactions anormales, ce qui peut conduire à une hospitalisation pour iatrogenics. C’est la troisième cause d’hospitalisation en France chez les personnes âgées, ce qui est surréaliste. Avec Anggel’dom, nous voulions centraliser l’information sur une tablette. L’anamnèse de la personne âgée, les pathologies habituelles et les traitements actuels sont rapportés. Ces dossiers médicaux sont hébergés dans le cloud sur une plateforme toujours accessible. Si le médecin traitant est en vacances, le médecin suppléant peut faire le dossier entier.

Je pense qu’il est également très utile en cas d’hospitalisation ?

En fait , souvent lorsque les patients entrent en contact avec les salles d’urgence, ils sont incapables d’administrer leurs pathologies ou leurs traitements en cours. On est dans un flou artistique, et si on ne sait pas, on se couvre et on va à l’hôpital. En consultant le dossier médical, on peut reconstruire l’anamnèse du patient et prendre la décision d’aller à l’hôpital ou non. Je l’ai utilisé pour mon père, quand j’ai pris ma retraite, j’ai fait un voyage à l’étranger et après trois jours, l’infirmière m’avertit à travers la tablette, parce que son état de santé s’est aggravé. J’avais peur de devoir rentrer à la maison, mais l’infirmière m’a décrit les symptômes, j’ai envoyé une ordonnance à travers le comprimé sanguin, avec décalage horaire, j’ai obtenu les résultats le soir même, j’ai changé tout son traitement, j’ai envoyé une ordonnance et il vaut mieux partir immédiatement. Avec un dossier médical dans le cloud, nous pouvons traiter beaucoup de choses à distance. Par exemple, pour commencer les escarres, nous prenons la photo, nous l’envoyons au médecin qui n’a pas besoin de bouger, il envoie une ordonnance et ici c’est fait. Nous le ferons parce qu’il y a de moins en moins de médecins et que les voyages sont compliqués. J’ai assisté à une réunion organisée par Paris pour poursuivre les visites à domicile. La seule solution qu’ils ont trouvée était de nous offrir un abonnement Velib !

soutien à domicile est populaire par neuf Français sur dix, mais il devient de plus en plus difficile de trouver de l’aide de vie, que pensez-vous ? Le

Surtout à Paris, le problème se pose parce que les auxiliaires de la vie viennent de loin. S’ils trouvent un meilleur travail, ils démissionnent. Dans notre solution, nous avons souvent du mal à travailler avec des MRAD ou des MRAD parce qu’ils envoient des gens qui changent constamment, alors que nous devons garder le plus de loyauté possible envers les aînés. Vous aimez voir les mêmes têtes tout le temps, ritualiser, toujours faire les toilettes dans la même direction, etc.

Quels sont les problèmes auxquels vous êtes confronté avec les aides alimentaires ?

Il y a une grande différence entre Paris et la province. Dans les provinces, les soignants professionnels avaient leur domicile, ils étaient loyaux. A Paris les filles font de longs voyages pour un salaire de misère, elles vont dans de beaux appartements, selon EHPAD, où les gens paient 6000 euros. Il donne un problème de génération, de culture. Je me souviens une fois dans EHPAD, une fille qui donnait de la nourriture à une personne âgée, se tenait debout, avec son casque sur ses oreilles, sonnait comme « Je fais mon travail, mais le baiser moi. » J’ai dû l’appeler à l’ordre, mais elle ne savait pas. Lorsque vous prenez soin d’une personne âgée, vous devez vous asseoir à côté d’elle, créer une liaison, parler de la pluie et du beau temps. Ces personnes sont très seules, à la maison et dans EHPAD, et cette connexion est importante. Tous ceux qui rentrent chez eux devraient être attirés par les particularités de la relation avec les personnes âgées vulnérables.

Pensez-vous à d’autres professions comme des aidants naturels professionnels ?

En effet. Je vais te dire une anecdote. On m’a demandé en tant qu’expert d’aider une famille dans une querelle avec un électricien. La personne âgée avait une déficience cognitive, elle était à la maison. Un électricien intervient et, à midi, il avait laissé son équipement sur le sol, il était parti déjeuner et dit qu’il reviendrait à deux heures, sauf que la dame n’en avait pas compris, elle avait pris tous les outils pour les ranger dans tout l’appartement. À son retour, l’électricien a pris une crise, il a crié et le patient n’a pas compris. La famille a déposé une plainte et ils m’ont contacté pour que je puisse aller voir les électriciens au sujet de la maladie d’Alzheimer. Comment parler aux malades et quelle attitude avoir. Je pensais que ce serait une étape très intelligente de le faire parce qu’il y a de plus en plus de personnes âgées à la maison seules et qu’elles auront toujours des problèmes domestiques. Les gens qui ne savent pas peuvent être très durs. Les personnes âgées aiment le stockage !

Dans quelle situation existe-t-il un gardien et dans quelle situation le compagnon vivant est-il suffisant ?

Les infirmières sont toujours plus difficile de les avoir à Paris. Ou ce sont les personnes âgées qui veulent quitter l’hôpital et travailler comme ça, mais certains travaillent encore en couple avec la même infirmière. C’est chaque infirmière qui essaie de s’entourer de gens qu’elle connaît, car il est vrai qu’il y a des cas où les aides à domicile livrées font tout et l’infirmière est un peu à l’œil de Moscou. J’ai eu un patient dont la fille vivait à Londres. Sa mère était à Paris avec une femme russe qui la regardait et elle hébergeait toutes ses copines. Ils ont été utilisés dans le réfrigérateur pour la nourriture réservée aux personnes âgées…

Comment éviter ces inconvénients ?

C’ est une question d’entraînement. Nous avons essayé de les former à notre méthode de bonnes pratiques. La façon de donner de la nourriture est importante afin d’éviter des voies diététiques incorrectes éviter. Ils sont expliqués comment donner de la nourriture, comment parler à une personne atteinte de maladie. La plupart des moyens de vie sont très peu instruits, il est en constante évolution, avec le chiffre d’affaires, les entreprises n’ont pas le temps de les réformer. À l’hôpital, j’ai dû m’entraîner 200 fois pour me laver les mains et porter des gants. J’ai même fait un film humoristique parce que c’était tout. Il y en avait un qui avait mis sept paires de gants, et chaque fois qu’elle changeait de chambre, elle en enlevait un. Elle pensait gagner du temps. Les mesures d’hygiène de base ne sont pas connues. La première chose à faire est de se laver les mains. Sinon, vous ne pouvez pas prendre soin d’un patient. Nous frappons à la porte avant de rentrer chez nous, attendons de dire « venez », à moins qu’ils ne soient sourds.

, en termes de santé et de durabilité de l’entretien domestique, il y a une importante Différence selon la participation des aidants familiaux au processus ? Si

Chaque cas est unique. Habituellement, il est bon d’avoir des mainteneurs. Il peut y en avoir plus d’un. Il peut y avoir des conflits émotionnels entre les aidants familiaux, la rivalité éternelle des frères et des sœurs. Mais dans l’ensemble, c’est toujours plus facile. C’est soit le conjoint, soit les filles. D’autres ne s’impliquent pas trop, même si cela arrive. On ne peut pas généraliser. Parfois, ils ont tendance à penser à la place, à faire à la place, à dire et à la place stimuler les personnes âgées, cela les fait aller un peu plus, mais en même temps ils sont là de façon permanente et ils sont punis. C’est pourquoi nous parlons de séjours, de plates-formes d’accueil et de baluchonnage. Ils ne veulent pas toujours lâcher, parce que c’est une relation peu ambiguë. « Je fais tout pour vous, mais en même temps je ne veux pas lâcher. » Il est assez surprenant, mais il est vrai qu’ils sont punis, mais en même temps ils sont très connectés. Ils le font bien, dans la plupart des cas avec le cœur.

Y a-t-il des cas où le maintien à la maison dans l’état actuel du logement est irréaliste ?

Soit les personnes âgées et les enfants acceptent de faire des changements, soit ils ne sont pas d’accord. S’ils sont d’accord, nous pouvons apporter les changements. Sinon, nous prenons des risques et je n’aime pas trop ça. J’établit un rapport écrit indiquant les modifications apportées. Si vous voulez vraiment rester à la maison jusqu’à la fin, vous devez anticiper toutes sortes de handicaps. Il est préférable d’ajuster ou de choisir un appartement qui est adaptable à tous les handicaps.

Tu crois qu’on peut rester à la maison jusqu’aux derniers instants ?

Si les personnes âgées et leurs proches sont dans cette vue et ils le veulent, alors tout sera fait pour le faire. Avec le système d’ instructions préliminaires, lesgens écrivent ce qu’ils veulent et ce qu’ils ne veulent pas. Vous avez le droit de changer tous les trois ans. Je pense que les décisions des personnes âgées doivent être respectées. Il y a aussi le mandat de protection future, qui n’est pas connu. Il nomme la personne de confiance qui prend des décisions lorsque vous ne pouvez plus les prendre. Il est préférable d’anticiper les mesures de protection juridique. Avoir votre propre maison signifie être libre et le sentiment de liberté est important. Avec nous français, c’est important.

Nous sommes également très attachés à nos maisons.

Oui, et aux objets. Tout le monde raconte une histoire. Je pense qu’il est important de protéger ça aussi longtemps que possible. La fin de la vie à la maison est terminée. Il y a des équipes de soins palliatifs. Moi quand les gens sont fossé. Nous mettons le lit qui va bien, le matelas qui va bien, nous avons tout ce dont nous avons besoin, c’est bon. La seule chose que vous ne savez pas comment gérer à la maison, ce qui peut être dangereux pour la personne et l’environnement, sont les troubles du comportement. Mais tout ce qu’on peut faire.

D’ autres articles ?

  • Qigong : Le secret des Longevites ?
  • TOP 3 des meilleures montres intelligentes Garmin testées pour promouvoir les activités sportives lors de notre programme avec les Hauts de Seine
  • Choisir un club de livre, pas si simple : leur fonctionnement
  • Denis 82 ans en pleine forme et les aliments qu’ils mangent depuis très peu : pissenlit, ours à l’ail
  • Entraînement cérébral : Comment jouer Ruzzle a Denise amélioré la concentration ?

ARTICLES LIÉS

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!