Accueil Optique Quel est l’intérêt des verres progressifs ?

Quel est l’intérêt des verres progressifs ?

Qu’est-ce que la presbytie ?

Myriam Demilliere (MD) : La presbytie correspond à une évolution de la vision après 45 ans, en moyenne, en raison de la perte d’élasticité cristalline des cristaux. Cela entraîne une perte d’accommodement, comme si le foyer n’était plus en vision étroite et qu’il faut corriger en portant des lentilles ou des lentilles de contact pour retrouver son confort.

Quels sont les signes de vigilance qu’il est impératif d’avoir pour identifier une pathologie qui n’est pas la presbytie ?

MD : Face à la presbytie, nous nous assurons d’abord que l’âge correspond bien et nous vérifions d’abord les phories : c’est-à-dire que nous recherchons un manque de convergence qui augmentera étroitement le sentiment d’inconfort. Ainsi, il est déterminé s’il faut prescrire une correction, ou si une simple réhabilitation sera bénéfique. Aussi, bien sûr, il est nécessaire d’être vigilant et de vérifier la transparence de la lentille ainsi que l’état de la rétine centrale, à la recherche d’une initiale DMLA, pathologie vasculaire ou toute autre déficience rétinienne : la liste est longue, mais un simple examen sérieux avec la lampe à fente éliminera un problème autre que la presbytie, il est donc possible d’éliminer un problème autre que la presbytie. L’intérêt à voir un ophtalmologiste au moins une fois tous les 3 ans.

A découvrir également : Comment calculer remboursement lunettes ?

Vaincre la presbytie

Qu’est-ce qu’un verre progressif ?

Vincent Torillon (VT) : C’est une boisson qui s’adresse au presbyte.

Est-il obligatoire que toute personne âgée d’environ 45 ans souffre de presbytie ? Pourquoi ?

VT : La presbytie est un processus de vieillissement naturel qui vous fait ne plus voir de près.

Lire également : Comment soigner la presbytie naturellement ?

Comment choisir vos lunettes ? Quels sont les éléments qui entrent en compte dans ce choix ?

VT : Tout d’abord, nous devons comprendre ce qu’est notre système visuel. Vous devriez savoir qu’il occupe 20% de notre activité cérébrale. C’est un système puissant avec traitement d’image et un aspect cognitif qui vous permet d’analyser l’image en fonction de l’histoire personnelle. Ce système est construit à partir de l’âge de 6 ans. Lorsque nous allons équiper une personne de lunettes, ce mécanisme sera perturbé. Toute la question du choix de l’équipement n’est pas de le modifier afin de ne pas rompre avec les habitudes posturales, et de créer des douleurs musculaires, ou même, de ne pas causer de déséquilibres… Un autre facteur à prendre en compte est la vision dynamique. Par exemple, lorsque nous conduisons, le flux d’informations à traiter est multiplié par cent fois pour le cerveau et l’œil. Aussi pour éviter la fatigue, il est essentiel d’avoir des lentilles appropriées. Pour résumer, les lunettes doivent être le plus proche possible du fonctionnement naturel de la personne. Cependant, d’autres contraintes se produisent au niveau de la lentille, y compris les contraintes optiques.

Verres progressifs, corrects pour mieux voir

Aussi quels critères sont considérés pour avoir le verre le plus approprié ?

CC : Un verre progressif doit avoir toute la puissance de correction nécessaire pour une bonne vision. Pour cela, il est important de prendre en compte divers éléments :

  • Distance verre/œil
  • L’angle que le cadre fait par rapport à l’axe de vue
  • La courbe du verre
  • La position de l’œil et le centre de rotation par rapport au cadre.
  • L’œil de guidage
  • La distance de lecture
  • Si la personne est visionaute ou céphalonaute.

En effet, pour être vraiment précis lors de la fabrication du verre, on étudie comment identifier un objet, puisqu’il faut se rappeler, un verre progressif permet d’adapter la correction à la distance à laquelle l’objet que vous regardez. Pour obtenir un confort optimal, ces données sont donc nécessaires. C’est ce que nous appelons « céphalonautes », vous bougez votre tête et non vos yeux pour regarder un objet, et les « visionautes », vous bougez vos yeux sans bouger votre tête. Cet élément est obligatoire, car si vous êtes vison, car il est le regarder qui explore l’espace, les lunettes devront avoir un large champ pour une vision claire. Mais si vous êtes « céphalonaute », vous êtes plus sensible aux effets de hauteur, vous devrez donc choisir un verre qui atténue cette sensation générée par les mouvements de la tête…

Adapter aux objectifs progressifs

Et quels sont les différents types de lentilles progressives qui existent actuellement sur le marché ? Lentilles progressives, une aide à la lecture ©Skitterphoto

VT : Il y en a plusieurs, tout dépend des technologies utilisées pour fabriquer le verre. Par exemple, on peut avoir une seule surface complète progressive, ou deux surfaces progressives avant et arrière complètement personnalisées.

Que penser des lentilles « progressives » ?

VT : C’est une technologie différente. Les lentilles progressives ont fait des progrès récemment. Seul un test complet permet de déterminer si cette solution convient à un porteur.

Est-il difficile de s’adapter à lentilles progressives ?

Célio Correia (CC) : Si toutes les mesures ont été effectuées et que les essais ont été effectués, il n’y a pas de problème d’adaptation. Nautilus, par exemple, est un dispositif qui permet à la personne de comprendre comment fonctionne le verre progressif. Il aide un premier porteur de lentilles progressives pendant les premières heures de porter ses nouvelles lunettes.

Pensez-vous que bientôt des lunettes intelligentes comme celles de la société Deep Optics (lunettes qui s’adaptent à ce que la personne ressemble et permet ainsi une vision claire sans se soucier d’abaisser ou de lever la tête pour bien voir) seront une révolution pour la presbytie ?

VT : Pour l’instant, il n’y a pas de verre à puissance variable satisfaisante disponible sur le marché.

Combien coûte un équipement de lentille progressive ?

VT : Le prix de la paire de verre varie de 150€ à 600€ entre le verre de base et le verre le plus sophistiqué. Montures : à partir de 40€ Avec un budget de 500€ vous pouvez équipé d’un équipement très efficace.

À SAVOIR

La Sécurité Mutuelle et Sociale assure un remboursement moyen de 400€. Ce remboursement peut varier considérablement en fonction de votre contrat.

ARTICLES LIÉS