Accueil Santé Pourquoi ne dit-on pas pharmacienne ?

Pourquoi ne dit-on pas pharmacienne ?

La question du genre associé à une fonction est un débat qui crée souvent polémique. On se demande parfois quel est le bon vocabulaire ou le bon terme à employer devant une situation donnée. Dois-je dire pharmacien ou pharmacienne ? Pourquoi ne dit-on pas pharmacienne ? Découvrez la raison pour laquelle l’on ne dit pas pharmacienne.

Pharmacienne

Le mot ou l’expression pharmacienne est employé uniquement pour désigner la conjointe du pharmacien. C’est l’épouse du pharmacien, quel que soit sa profession ou son statut dans la société. C’est d’ailleurs l’une des premières choses que l’on apprend en première d’année d’UFR. 

A lire également : Qu'est-ce qu'une migraine ophtalmique ?

Sachez que les textes utilisent plus le pluriel ‘les pharmaciens’ pour éviter la polémique. Cependant, dans les règles grammaticales, c’est le masculin qui l’emporte. Il est clair alors que le cadre juridique n’ait adopté que le mot au masculin.

En effet, de par le passé, les principales activités de la société étaient dominées par la junte masculine. Cela a donné le genre à la profession et aux fonctions (le boulanger, le boucher, le menuisier, le pharmacien). C’est avec l’émancipation progressive de la femme dans toutes les professions de la société que le langage a évolué. Toutefois, la prononciation au niveau de certaines professions n’a pas connu de changement (un/une architecte, une/une vétérinaire). 

A découvrir également : Comment savoir si on a une mutuelle ?

Quelle est la profession de la pharmacienne ?

La pharmacienne a été longtemps dans la littérature française considérée comme la femme du pharmacien bien qu’elle ait ou pas le statut. Jean Vasse dans son article la revue d’histoire de la pharmacie accueillait 4 pharmaciens s’exprimant sur la question. L’un d’eux rapporte que le féminin n’aurait jamais dû exister sémantiquement parlant, il s’est juste imposé avec le temps. 

En effet, comme la boulangère désigne la femme du boulanger réciproquement la pharmacienne est la femme du pharmacien. Il est donc plus légal d’appliquer le mot ‘pharmacienne’ comme conjointe du pharmacien. Une autre réponse sur la question campe sur l’impossibilité de féminiser le terme voir que cela serait ridicule, comme celui d’autres professions. La pharmacienne n’exerce pas la même profession que le pharmacien.

Retour dans l’histoire

Apparu en 1314 étymologiquement, le nom pharmacie venait de ‘farmacie’ et signifiait  ‘purgation à l’aide d’un remède ou d’une drogue’. Cette définition a progressivement évolué au fil du temps pour devenir en 1575 la  ‘science des remèdes et des médicaments’. Et, en 1781, elle fut changée par le terme ‘apothicaire’ remplaçant celui de ‘boutique aux drogues’ utilisées par les médecins. 

C’est à ce moment que fut introduit apothicairesse qui désignait la religieuse qui s’occupait de l’apothicairerie du couvent. Ainsi, apothicaire désignait le pharmacien et apothicaresse représentait l’épouse du pharmacien ou la pharmacienne. La pharmacienne désignait donc l’épouse du pharmacien. 

Avec la révolution de 1789 le mot ‘apothicaire’ fut remplacé par celui que nous connaissons tous : pharmacien. Dans son numéro 28 de 1920, le bulletin de la société d’histoire livre une histoire du mot ‘pharmacien’. Il s’inspire d’une conférence de Charles Henri Fialon (1846 – 1933) présentée lors du Congrès d’Anvers. Cette conférence a permis de voir plus clair sur l’emploi du mot, son sens et sa signification.

 

ARTICLES LIÉS