Accueil Seniors Le sexe après 50 ans, ça existe !

Le sexe après 50 ans, ça existe !

Nous ouvrons un robinet qui est normalement fermé lorsque nous abordons un sujet intime. Oui, nous pouvons faire des observations sur les positions, les fétiches, et les rêves, et ainsi de suite, mais le fait que votre ou votre grand-mère puisse participer au sexe… eh bien, évitons d’y penser ou d’en discuter. Parce que ce n’est pas séduisant. Bien plus sexy sont nos corps jeunes, flexibles et vibrants de 20 et 30 ans, qui, avec un peu de chance, vivront aussi jusqu’à plus d’un demi-siècle et se sentiront toujours vivants et amoureux, mais nous n’avons pas à nous en préoccuper maintenant ; c’est loin.

La vision étriquée des jeunes concernant le sexe après 50 ans

Les personnes au-dessus de l’âge moyen (appelé couramment sénior), dans la vision collective des très jeunes, sont de merveilleuses grands-mères dans des peignoirs accueillant leurs petits-enfants avec de chauds pyjamas et un livre d’histoires, et d’adorables grands-pères moustachus ronflant devant le journal du samedi matin. Ce qui est vrai dans un nombre infime de cas, mais a peu d’impact dans la majorité. Et même s’ils correspondent parfaitement à l’image des grands-parents conventionnels dont nous nous souvenons dans notre enfance, les personnes dont la seule transgression est de ne plus être ouvertement jeunes restent des hommes et des femmes qui ne sont pas étrangers à tout ce qui est masculin ou féminin.

A voir aussi : Quel est le problème avec le gluten ?

George Clooney, Nicole Kidman, Monica Bellucci, et une foule d’autres superstars de plus de 50 ans avec lesquelles nous avons grandi et qui continuent à être des modèles esthétiques, défient le cliché.

Et pourtant, l’art et la culture populaire continuent d’accorder une grande importance à l’amour et aux relations étroites au-delà de l’adolescence. Même la suite de l’une des séries les plus tapageuses, Sex and the City, s’intéresse nettement plus aux liens familiaux, aux questions sociales et à l’amitié qu’au sexe et à l’amour, qui sont largement reconnus par leur absence. Ces dernières années, le cinéma s’est attaché à combattre de nombreuses sortes de discriminations, mais malheureusement, l’âgisme n’en fait que rarement partie.

A lire en complément : Comment puis-je obtenir un remboursement de la sécurité sociale ?

Lorsque j’ai lu L’amour au temps du choléra en tant qu’écolier, j’ai trouvé dérangeant le concept de deux individus d’un âge dépassant mon entendement de l’époque, retrouvant un amour perdu dans leurs années de quasi-adolescence, et le redécouvrant d’une manière passionnée, détaillée et fleurie que seul Marquez pouvait dépeindre. Dieu merci, je ne crois plus à ces sornettes. Au contraire, je sais que l’amour ne meurt pas facilement, et qu’à tout âge, nous pouvons être amoureux, heureux et passionnés de la personne qui se trouve à côté de nous, ou, en l’absence de celle-ci, prêts à se lancer dans une nouvelle aventure romantique avec celle qui nous échappait auparavant, un peu comme le Florentino Arissa et la Fermina dasa de Marquez, sauf que l’amour se ferait pendant le COVID-19 et non le choléra.

Il existe une variété d’aspects qui contribuent au caractère unique du sexe après 50 ans par rapport à tout âge antérieur

Généralement, les personnes mariées à ces âges ont élevé et envoyé leurs enfants loin de la maison, et bien que cette séparation soit nostalgique et triste, elle offre un certain nombre d’avantages à toutes les personnes concernées. Lorsque vous voulez prendre soin de vous et accorder de l’attention à votre partenaire intime, vous n’avez vraiment pas besoin d’un nouveau-né qui pleure, d’un bambin trop actif et en quête d’attention, ou d’un adolescent grognon. À l’âge moyen et au-delà, les gens ont un plus grand sens de l’orientation dans leur vie concernant leur maison, leur parcours professionnel, leur argent et leurs aspirations. Cela atténue la tension qui entrave le développement de connexions sexuelles saines et de la relation. Des propriétaires ennuyeux ou un patron véreux ne sont plus les principales préoccupations d’un individu. Ces années permettent à ceux qui ont réussi leur épanouissement personnel de voyager, de vivre librement, de se réunir avec des amis et de profiter des fruits de leurs années de travail éducatif, professionnel et parental.

Les personnes célibataires, quant à elles, sont suffisamment mûres et matures sur le plan émotionnel pour ne pas échanger de sous-entendus, être obsédées par des questions insignifiantes et s’engager dans des jeux comme celui qui va contacter qui en premier. Ils sont plus réceptifs et conscients de leurs propres désirs et aspirations, et donc moins enclins à négliger ce qui est réellement essentiel pour eux personnellement ou à passer trop de temps avec des personnes et des actes qui leur déplaisent.

Naturellement, il existe des difficultés inhérentes au sexe après 50 ans à notre époque

Elles sont surtout d’ordre sanitaire et physiologique. Il y a deux moments dans la vie d’une femme où les hormones, en particulier les œstrogènes, font des ravages dans son corps : à l’âge de 15 ans et à l’âge de 50 ans. Cela peut entraîner une perte temporaire du désir sexuel, ou avoir l’effet inverse : cela peut la rendre incapable de penser à autre chose, voire l’inciter à des interactions sexuelles occasionnelles. D’ailleurs, si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet, cet article pour réussir et trouver des « plans cul » vous éclaira. Les relations passagères sont aujourd’hui monnaie courante dans notre société et l’âge n’a rien à faire la dedans. Les personnes de plus de 50 ans peuvent aussi faire des rencontres sans lendemain, même avec des jeunes – les rencontres cougars sont le meilleur exemple pour l’illustrer…

Pour revenir aux difficultés inhérentes au sexe après 50 ans, la ménopause peut entraîner des problèmes d’hydratation naturelle, des bouffées de chaleur et de froid constantes, des problèmes de sommeil et une difficulté accrue à bouger en raison du déblocage de l’ostéoporose. Chacun de ces processus étouffe le désir, l’humeur et la perspective objective de rencontres sexuelles joyeuses pour les deux individus, mais la bonne nouvelle est qu’il existe deux scénarios distincts. La première est qu’elle est transitoire ; pendant la période la plus frénétique depuis le début de la ménopause, tout se calme et la femme retrouve au moins 90 pour cent de sa capacité de pulsion sexuelle antérieure. Et deuxièmement, même pendant les phases les plus sévères du bouleversement hormonal, un programme approprié de médicaments, d’alimentation et d’exercice peut aider à gérer les pires symptômes et à obtenir un confort maximal pendant les règles.

Si la dysfonction érectile peut devenir plus fréquente chez les hommes à mesure qu’ils vieillissent, les causes sont rarement liées à l’âge. Le problème est souvent prévalent parce que l’homme a acquis une autre affection entre-temps, comme le diabète, l’hypertension, les maladies cardiaques, l’obésité, l’excès de cholestérol ou les problèmes de prostate. Nombre de ces problèmes, s’ils ne sont pas dus à l’hérédité, peuvent être évités grâce à un mode de vie actif et sain. Une autre raison fréquente est le stress. Outre la consultation d’un spécialiste, il est possible de prévenir et de surmonter cette affection en limitant la consommation d’alcool, en s’abstenant de fumer, en réduisant la prise de médicaments et, enfin et surtout, en luttant contre la dépression et les problèmes de santé mentale, qui sont répandus chez les hommes d’âge moyen et plus âgés mais qui ne sont toujours pas considérés comme suffisamment « mâles alpha » dans ce pays pour recevoir une attention adéquate.

ARTICLES LIÉS