Accueil Santé Comment puis-je obtenir une ordonnance de CBD ?

Comment puis-je obtenir une ordonnance de CBD ?

La Suisse joue de nombreux rôles de pionnier. Le petit État alpin confortable est l’un des pays les plus modernes et les plus riches du monde. Les citoyens suisses ont remporté plus de prix Nobel et ont déposé plus de brevets par habitant que la plupart des autres pays. La Suisse n’est pas seulement neutre, elle est également innovante : NZZ considère la Suisse comme un pionnier de la technologie des chaînes de blocs. Une étude américaine de grande envergure a même conclu que la Suisse est « le meilleur pays du monde ». La Suisse est bien sûr à la traîne en termes de cannabis. Selon les estimations de l’Office fédéral de la santé (OFSP), plus de 200 000 personnes consomment régulièrement du cannabis en Suisse, dont 70 000 à 100 000 à des fins thérapeutiques. Cependant, seuls quelques milliers d’entre eux ont obtenu un permis exceptionnel de l’OFSP, mais les chiffres ont considérablement augmenté ces dernières années (tableau : cannabis à des fins médicales : tendance à la hausse, BAG, ci-dessous). Mais c’est un permis disponibles, l’achat de médicaments échoue souvent en raison du coût. Parce que la compagnie d’assurance maladie ne paie pas et parce que le patient ne peut pas payer.

A lire également : Quelques conseils pour être un vapoteur écoresponsable

Qu’est-ce qui est autorisé et ce qui n’est pas permis en Suisse

Des étapes de légalisation du cannabis ont été réalisées dans divers pays ces dernières années. La Suisse n’est pas l’une d’entre elles. Le chemin du patient gravement malade vers ses médicaments a jusqu’ici été lourd de nombreux obstacles bureaucratiques, et les prises de contrôle des coûts des caisses ne sont effectuées que dans des cas exceptionnels. En conséquence, beaucoup d’entre eux obtiennent du cannabis sur le marché noir dans leur besoin — les prix sont plus bas que dans la pharmacie. Le cannabis est toujours considéré comme un narcotique interdit en Suisse (fiche d’information sur le cannabis, BAG). En principe, il ne peut être cultivé, fabriqué, importé ou distribué.

Le 2011 dans Toutefois, le partage modifié de la Loi sur les stupéfiants (BetMG) permet de prescrire du cannabis à des fins médicales dans certaines circonstances. Un permis d’exemption de l’OFSP est requis pour cela. Cependant, les préparations contenant du cannabis dont la teneur totale en THC (THC : abréviation du tétrahydrocannabinol) est inférieure à 1 % (dans l’Union européenne, la limite est de 0,2 %) et les préparations contenant principalement du cannabidiol (CBD) doivent être distinguées des médicaments à base de cannabis. Ces préparations ne sont pas couvertes par la loi sur les stupéfiants et ne sont donc pas interdites. Cependant, ils ne sont que sur ordonnance : rien ne fonctionne sans ordonnance médicale.

A voir aussi : Le remboursement de la mutuelle suite à une hospitalisation

Les médicaments finis ne peuvent être vendus en Suisse que s’ils sont approuvés par Swissmedic, l’autorité de régulation et de surveillance suisse des produits pharmaceutiques et des dispositifs médicaux. « Sativex » est actuellement le seul Médicament à base de cannabis qui a une telle approbation de médicament. Il peut être prescrit par les médecins sans exception de l’OFSP, mais uniquement pour la spasticité associée à la sclérose en plaques. Si la préparation est prescrite pour une autre indication (demande hors étiquette), une exemption de l’OFSP est évidemment nécessaire.

La libéralisation en perspective

Jusqu’à présent, les obstacles bureaucratiques ont rendu difficile la fourniture de médicaments à base de cannabis aux personnes gravement malades. Parallèlement, le marché noir est en plein essor, avec tous les inconvénients associés (cannabis graphique en Suisse, Search Switzerland, Manfred Fankhauser, Claude Vaney, ci-dessous). Les achats illégaux présentent des inconvénients majeurs. Les substances échangées ne peuvent pas être dosées presque exactement contrairement au cannabis médical de la pharmacie. Il en consomme souvent plus que nécessaire et les risques y compris l’augmentation du risque de dépendance. Le cannabis est également souvent contaminé par le marché noir. Les contrôles de qualité sont manquants. Enfin, les patients risquent l’application de la loi et des amendes de la part des autorités.

Toutes ces circonstances pèsent également sur l’État suisse des coûts élevés dans le secteur de la santé et du secteur social, sans oublier les coûts de répression des forces de l’ordre. C’est pourquoi le Conseil fédéral suisse souhaite faciliter l’accès aux thérapies avec du cannabis médical à l’avenir. Le 26 juin 2019, il a envoyé un projet d’amendement à la Loi sur les stupéfiants (BetMG) pour consultation. En révisant la Loi sur les stupéfiants, le Conseil fédéral veut mieux utiliser le potentiel médical du cannabis et permettre aux patients d’accéder au cannabis médical avec le moins d’efforts possible. La consultation dure jusqu’au 17 octobre 2019. Le projet stipule que les patients prescrivent leur traitement directement à un médecin. sans avoir à obtenir un permis d’exemption auprès de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Cependant, rien ne change avec le cannabis non médical : il reste interdit.

Graphisme Cannabis en Suisse

Pas de performance standard des compagnies d’assurance maladie

Les préparations de cannabis peuvent être prescrites par n’importe quel médecin. Cependant, vous n’avez pas à être payé par l’assurance maladie obligatoire (OKP), car il s’agit de formulations dites magistrales (loi sur les produits thérapeutiques art. 9) qui ne sont pas incluses dans la liste des spécialités (SL). Cela s’applique même au médicament fini « Sativex » s’il est utilisé pour l’indication approuvée de spasticité sévère dans la sclérose en plaques (fiche d’information sur les médicaments au cannabis, OFSP). L’assurance complémentaire ne doit pas non plus couvrir les coûts des médicaments. La rémunération n’est faite qu’exceptionnellement dans cas individuels après consultation d’un médecin de confiance.

La raison en est la preuve scientifique peu claire concernant l’efficacité et l’économie du cannabis en tant que médicament. Mais il peut être intéressant de contacter la compagnie d’assurance maladie et de demander un crédit de coûts. La thérapie au cannabis peut être moins chère que la pharmacothérapie traditionnelle. Les caisses couvrent de plus en plus les coûts des thérapies au cannabis, qui s’élèvent à 400 à 600 francs par mois.

L’appel de la décision de la Cour fédérale sur les difficultés pourrait aider

Pour le moment, il n’est pas encore possible de dire quel sera l’effet d’une décision de la Cour fédérale du 7 août 2018. Il stipule que dans les cas difficiles (art. 71 b KVV), une rémunération d’un médicament soumis à rémunération (Formule Magistrale) doit être fourni (bien que le verdict ne fasse pas référence à des préparations de cannabis, mais à des gouttes ophtalmiques spéciales, il pourrait bien être appliqué à d’autres indications et remèdes). La dureté est prise en compte à la fois lorsque l’utilisation du médicament devrait avoir de grands avantages thérapeutiques contre une maladie qui peut être mortelle pour la personne assurée ou causer des troubles de santé graves et chroniques, et si aucun autre effet efficace n’est dû à l’absence d’alternatives thérapeutiques et de méthodes de traitement approuvées. est disponible. Les patients concernés doivent donc demander un langage de crédit de coût auprès de leur compagnie d’assurance maladie, décrire leurs critères de difficultés et se référer à la décision de la Cour fédérale du 7 août 2018.

Où y a-t-il du cannabis médical en Suisse

donne Si la situation juridique est libéralisée, le cannabis médical sera disponible dans de nombreuses pharmacies suisses à l’avenir, comme en Allemagne. À l’heure actuelle, le cannabis médical se trouve encore dans très peu de pharmacies à travers la Suisse. L’huile Sativa peut être achetée auprès de Hänseler AG. Voici les adresses de démarrage des patients :

• Station Apotheke Langnau AG, Dr M. B. Fankhauser-Jost, Dorfstr. 2, 3550 Langnau, téléphone 41 34 402 12 55, télécopieur 41 34 402 64 42, courriel fankhauser@panakeia.ch

• Pharmacie zur Eiche AG, Flurina Dobler, place 10, 9100 Herisau, téléphone 41 71 353 50 70, fax 41 71 353 50 80, e-mail cannabinoide@eiche.ch

• Pharmacie de Florissant, C.-G. Christophi Pharm. resp., rue de Contamines 17, 1206 Genève, téléphone 41 22 346 5525, e-mail cgchristophi@florissant.ch

• Hänseler AG, Industriestraße 35, 9100 Herisau, téléphone 41 71 353 58 58, fax 41 71 353 58 00, E-Mailinfo@haenseler.ch

donne Si la situation juridique est libéralisée, le cannabis médical sera disponible dans de nombreuses pharmacies suisses à l’avenir, comme en Allemagne. À l’heure actuelle, le cannabis médical se trouve encore dans très peu de pharmacies à travers la Suisse. L’huile Sativa peut être achetée auprès de Hänseler AG. Voici les adresses de démarrage des patients :

• Station Apotheke Langnau AG, Dr M. B. Fankhauser-Jost, Dorfstr. 2, 3550 Langnau, téléphone 41 34 402 12 55, télécopieur 41 34 402 64 42, courriel fankhauser@panakeia.ch

• Pharmacie zur Eiche AG, Flurina Dobler, place 10, 9100 Herisau, téléphone 41 71 353 50 70, fax 41 71 353 50 80, e-mail cannabinoide@eiche.ch

• Pharmacie de Florissant, C.-G. Christophi Pharm. resp., rue de Contamines 17, 1206 Genève, téléphone 41 22 346 5525, e-mail cgchristophi@florissant.ch

• Hänseler AG, Industriestraße 35, 9100 Herisau, téléphone 41 71 353 58 58, fax 41 71 353 58 00, e-mail

ARTICLES LIÉS